Cocher la case, cliquer sur envoyer et attendre.

Dans ma REPpublique à moi, il y a des choses qui nous échappent. Parfois on les rattrape. Peut-être trop tard, peut-être pas.

L’e-mail est parti. J’ai cliqué sur « Envoyer » et il est parti. 
Y., lui n’est pas revenu. Je ne sais pas où il faut appuyer pour qu’il revienne.
Je ne sais pas non plus si un jour j’aurai des nouvelles.
Ni de Y., ni de l’e-mail.

En haut de la fiche, j’ai coché « signalement », juste à côté d’ « information préoccupante ». Il paraît que « signalement », c’est le cran au-dessus, c’est l’urgence. Alors c’est là que j’ai coché, puis j’ai écrit, j’ai raconté. « Faits, chronologies et propos », pas de sentiments, pas de déductions. Rien que des faits, rien que des propos, entre guillemets, s’il vous plait.

« C’est papa, il m’a tapé. La bosse, là, c’est papa. J’étais puni alors je pleurais. Il est rentré dans ma chambre et il m’a tapé. Maman n’était pas là. Il m’a fait mal. J’ai le stress, il est parti là, mais j’ai peur qu’il revienne, j’ai le stress, n’en parle pas à Maman maîtresse ».

Papa, ce n’est pas papa. C’est le nouveau copain de Maman. Un mois, peut-être six semaines qu’il vit avec Y., ses deux frères et Maman. Au début, Y. était fier. « C’est papa qui m’a emmené ce matin, il est gentil Papa. » S., son grand frère, était moins enthousiaste. « Maman, elle a changé, elle est pas pareil, je sais pas, je comprends pas ce qu’elle a ».

Jeudi, Y. m’a montré sa bosse, sur la tête. Je n’ai pas réagi. Je lui ai dit d’y mettre de la glace. Il ne m’a pas donné plus d’explication. Et puis Y., souvent il tombe, il gesticule, il violente aussi, parfois. Alors il a mis un bloc de glace.

Mais Y., depuis quelques semaines, il n’est pas tout à fait comme avant. Angoissé, encore moins concentré que d’habitude, ailleurs. Le même jeudi, G., la directrice du périscolaire, elle a demandé à Y. ce qu’il avait, pourquoi il était comme ça. C’est là qu’il lui a raconté. Et puis elle m’a raconté. Et puis le lendemain, je lui ai demandé s’il voulait me parler. Il a dit oui. Et il a parlé.

« J’ai rendez-vous avec Maman lundi, j’essaierai de lui en parler, d’accord ?
– Non, j’ai peur.
– Fais moi confiance Y., je vais trouver un moyen de lui en parler sans que ca ne retombe sur toi.
– D’accord maîtresse. »

Mais le temps presse. Alors ce même vendredi, à 18h, quand la maman de Y. vient récupérer ses fils à la garderie. G., la directrice du périscolaire, la prend à part et lui raconte ce que lui a dit Y..

« Non, c’est faux.
– Si maman, c’est vrai, tu n’étais pas là.
Y. pleure.
Silence
– Ahhh ! Oui !! J’étais là en fait, mais ça va, il ne t’a pas tapé fort. »

G. essaie de temporiser. Elle rappelle à la maman de Y. son rendez-vous avec moi lundi. G. propose d’être présente à ce rendez-vous pour parler entre adultes, pour essayer de comprendre ensemble pourquoi Y. ne va pas bien, en ce moment. La maman écoute et s’en va.

Lundi, le rendez-vous n’a pas eu lieu. La maman n’est pas venue. Personne n’est venu. Y. et S. absents. Un appel, deux appels, répondeur.

Ils sont partis. On les a vus. Lundi matin, devant la gare, les valises au pied. « On part chez ma mère, dans le Nord », c’est tout ce qu’a dit la maman à l’animatrice qui les a croisés là, à 10h.

Alors j’ai imprimé le formulaire, j’ai coché, j’ai rempli, j’ai signé et j’ai cliqué.
Et j’attends.
J’attends de savoir si quelqu’un a lu mon mail.
J’attends Y.

6 réflexions sur « Cocher la case, cliquer sur envoyer et attendre. »

  1. C’est terrible aussi, une fois la démarche en route, de constater que bien souvent on ne sait rien de ce qui arrive ensuite. Réaction ou pas ? Utile ou pas ?
    Je l’ai fait encore l’an dernier, on n’a rien su si ce n’est par la maman (autre situation que celle décrite ici), mais absolument rien des services sociaux, ni de qui que ce soit. Une autre fois, j’avais rencontré plus tard l’assistante sociale du secteur. Quand j’ai demandé si la situation de X s’arrangeait, elle m’a gentiment répondu « Ça ne vous regarde pas, secret professionnel. » Super.

    1. Je n’attends effectivement pas de retour des services qui ont (je l’espère) traité mon signalement. Comme je l’écris dans une autre chronique, on n’est ni juge, ni enquêteur social, on est enseignant, c’est tout et on n’a pas le « droit » d’avoir des nouvelles.
      En revanche, j’espère avoir des nouvelles de Y., j’espère qu’il reviendra à l’école…

  2. J’ai découvert votre blog je ne sais pas trop comment.
    Je retrouve dans ce que j’y lis beaucoup de situations proches de celles que j’ai vécues au temps (pas très lointain) où j’exerçais en REP dans plusieurs écoles maternelles et élémentaires.
    J’aime beaucoup la manière dont vous relatez les choses, incisive mais tellement juste … Bref, je continuerai à vous lire, maintenant que je vous ai trouvée.

    1. Bonsoir, merci beaucoup pour votre commentaire. Je suis avant tout touchée de voir que ce que j’écris ici évoque des choses que d’autres vivent, ou ont vécu. Merci de me lire en tous cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.